En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu SNE

Société de Neuroendocrinologie

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Le syndrome métabolique

Une maladie cérébrale ?

Drs Ruud M Buijs & Felix Kreier Universidad Veracruzana, Xalapa, Mexico Netherlands Institute for Neuroscience, Amsterdam, The Netherlands

Résumé

La fréquence de l'obésité et des pathologies qui y sont associées telles que diabète, hypertension et dyslipidémie (constituant le " syndrome métabolique ") atteint des proportions épidémiques dans les pays industrialisés. Nous proposons ici une hypothèse selon laquelle l'horloge biologique, qui nous prépare normalement chaque matin à être actif la journée, est altérée par notre style de vie moderne de faible activité pendant la journée et d'ingestion d'aliments jusqu'en fin de soirée. De plus nous passons en revue les données anatomiques en accord avec notre proposition, selon laquelle un déséquilibre du système nerveux autonome pourrait conduire à la survenue simultanée du diabète de type 2, d'une hypertension, d'une dyslipidémie et d'une obésité viscérale.

L'horloge biologique qui rythme notre vie

Les causes des mécanismes à l'origine du syndrome métabolique sont encore mal connues. Pour expliquer l'envolée de l'obésité, un consensus général s'accorde à impliquer, d'une part, l'abondance de nourriture dans les sociétés modernes et, d'autre part, le fait que l'évolution nous a façonné pour des périodes de disette plutôt que d'abondance. De surcroît, nos systèmes homéostatiques façonnés par l'évolution ont " appris " à s'adapter au cycle perpétuel de lumière et d'obscurité, de sorte que notre corps anticipe la survenue du sommeil et de la période active. Dans tous les organismes, des mécanismes se sont développés pour prédire quand le jour commence ou s'arrête ; ces mécanismes constituent le " système circadien ". Dans toutes les cellules du corps, des horloges ont évolué dans un sens ou dans un autre pour assurer un contrôle temporel. Cependant, dans le cerveau, et plus précisément à la base de l'hypothalamus ventral, se situe la seule horloge biologique autonome, les noyaux suprachiasmatiques (SCN). En distribuant un message temporel via des hormones et le système nerveux autonome, les SCN transmettent leur signal journalier à tous les tissus de l'organisme. A l'aide de ces signaux, les mécanismes homéostasiques des tissus sont préparés aux périodes d'activité ou de repos. Cet héritage supplémentaire de l'évolution a été développé pour nous permettre de prédire les changements environnementaux favorables à la veille ou au sommeil. L'avantage d'une telle prédiction est de permettre à notre corps d'anticiper ces changements et d'accumuler ou de libérer les métabolites en vue de leur utilisation ultérieure comme substrat énergétique nécessaire au labeur de la journée.

Briefings-26-figweb
Le mode de vie peut provoquer des perturbations des sorties de l'horloge biologique en modifiant l'équilibre sélectif du système nerveux autonome dans différentes régions du corps. Dans le compartiment intra-abdominal, la sortie du système nerveux autonome est orientée vers la branche parasympathique, ce qui provoque une forte sécrétion d'insuline, une croissance du tissu adipeux intra-abdominal, et un foie plus gras. Au contraire, dans les compartiments du thorax et des membres, la branche sympathique prévaut, ce qui conduit à une forte pression artérielle et à une altération du transport du glucose du sang vers le muscle. Dans ce modèle, les symptômes du syndrome métabolique sont la conséquence, et non la cause, de la maladie.

Une " mutation environnementale " ?

Au cours du siècle dernier, les modes de vie ont énormément changé dans les pays industrialisés. La nourriture est devenue abondante. L'on observe également une augmentation du grignotage ainsi qu'un décalage du dernier repas en fin de soirée. Parallèlement, la nécessité de l'effort physique a considérablement diminué. De plus, l'activité physique n'a plus besoin de coïncider avec la phase d'éclairement (naturel). Dans de telles conditions, nous émettons l'hypothèse selon laquelle le cerveau perd son " sens " du rythme interne et externe. Par conséquent, l'environnement est perçu par le cerveau comme étant arythmique et aplati sur le plan métabolique. Dans une perspective d'évolution à long terme, ce changement peut être interprété comme une " mutation " subite de l'environnement. Etant donné que le cerveau utilise le système nerveux autonome pour distribuer la rythmicité interne, nous suggérons que le déséquilibre et l'arythmie du système nerveux autonome sont des causes majeures du syndrome métabolique.

--------------------
...le cerveau perd son " sens " du rythme interne et externe.
--------------------

L'équilibre de la vie

Le bien-fondé de cette proposition repose sur l'organisation des sorties du SCN via le système nerveux autonome. Bien que les SCN, via des sorties hypothalamiques, traduisent leur rythme à l'ensemble du corps à l'aide d'hormones hypophysaires, nous commençons seulement à évaluer la contribution du système nerveux autonome. L'avantage évident du système nerveux autonome est la bien meilleure résolution spatiale qu'il peut avoir pour distribuer les messages des SCN.

Pendant longtemps, le tissu adipeux a été considéré comme une structure-cible pour les hormones et seulement pour la branche sympathique du système nerveux autonome. Nous avons récemment démontré que les projections parasympathiques à partir du noyau moteur du nerf vague vers le tissu adipeux modulaient clairement la sensibilité de ce dernier à l'insuline ainsi que le métabolisme glucidique et lipidique d'une manière anabolique. Ceci permet au cerveau de stimuler, soit l'utilisation des graisses (voie sympathique), soit leur stockage (voie parasympathique). Nous avons également montré au sein du cerveau qu'il existait une surprenante capacité des neurones des SCN à se spécialiser. Par exemple, des neurones " pré-autonomes " présents dans les SCN ainsi que dans d'autres régions hypothalamiques émettent des projections spécifiques vers la région intra-abdominale ou vers le compartiment sous-cutané. Cela signifie que les organes intra-abdominaux, comme le tissu adipeux viscéral, le foie, ou le pancréas, reçoivent des afférences des mêmes neurones (hypothalamiques). Etant donné que la prise alimentaire stimule la sortie parasympathique vers le pancréas et provoque une sécrétion d'insuline, la conséquence de ce câblage du système nerveux autonome est que le même stimulus va augmenter la sensibilité à l'insuline du foie et celle de la graisse viscérale. Comme les repas du soir sont connus pour provoquer une augmentation de la sécrétion d'insuline, une pénétration plus efficace du glucose dans le tissu adipeux sera accompagnée d'une accumulation plus facile des graisses.

Pour résumer, nous voyons, en raison du changement de style de vie des pays industrialisés, que le syndrome métabolique est en phase ascendante, pas nécessairement à cause d'une prise alimentaire exagérée, mais en raison d'horaires de repas au mauvais moment.

Traduction :
Etienne Challet, CNRS UMR7168 - Université Louis Pasteur Strasbourg

Cette brève est produite par la British Society for Neuroendocrinology et peut être utilisée librement pour l'enseignement de la neuroendocrinologie et la communication vers le public.
©British Society for Neuroendocrinology et Société de Neuroendocrinologie pour la traduction.