En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu SNE

Société de Neuroendocrinologie

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Circuits cérébraux et mécanismes de l’homéostasie énergétique dans l’obésité

Denis Richard

Université Laval Québec

L’obésité résulte d’un déséquilibre entre la prise alimentaire et la dépense énergétique favorisant la déposition excessive de tissu adipeux . Le déséquilibre énergétique est favorisé par l’environnement « obésogène » d’aujourd’hui et par la susceptibilité génétique des individus à l’excès de poids. Au fil des ans, son étude a suscité un intérêt accru compte tenu de l’importance de prévenir et de traiter l’obésité, source de maladies sérieuses et dont la prévalence n’a cessé d’augmenter au cours les 5 dernières décennies. On a pu identifier certains des principaux systèmes ou circuits neuronaux impliqués dans les contrôles de la prise alimentaire et de la dépense énergétique. Ces contrôles sont assurés par des neurones liant différentes structures en réseaux. Le contrôle de la prise alimentaire est ultimement gouverné par un réseau appétitif cortico-limbique impliquant le cortex préfrontal, siège des fonctions exécutives, et la voie dopaminergique mésolimbique qui inclut l’aire tegmentale ventrale et le noyau accumbens et qui gère les composantes motivationnelles/attentionnelles et hédoniques associées à l’ingestion de nourriture. Le réseau appétitif cortico-limbique établit la valeur des stimuli alimentaires et gère l’ingestion en lien avec les variations des réserves énergétiques. De fait, le contrôle de la prise alimentaire dépend aussi d’un réseau autonome qui détecte les variations des réserves et qui gère en plus le contrôle de la dépense énergétique. Ce dernier contrôle est entre autres exercé sur la graisse brune, qui constitue un remarquable effecteur de dissipation d’énergie (thermogenèse). Des travaux récents ont démontré la présence, chez l’homme, d’une graisse brune active, pouvant contribuer à la dépense d’énergie. Le réseau autonome de régulation inclut essentiellement des neurones de l’hypothalamus et du tronc cérébral. Ces neurones sont reliés au réseau appétitif cortico-limbique et contrôlent en parallèle l’activité thermogène de la graisse brune via le système nerveux sympathique (SNS). Ils sont retrouvés dans différents noyaux incluant les noyaux arqué (ARC) et ventromédian (VMH) de l’hypothalamus d’où émergent des neurones produisant la pro-opiomélanocortine (ARC POMC) de même que des neurones synthétisant le facteur stéroïdogénique-1 (VMH SF-1). Les neurones SF-1 du VMH sont des neurones stimulateurs de la thermogenèse. Les neurones à POMC forment, avec les neurones arborant le récepteur de la mélanocortine 4 (MC4R) et les neurones produisant l’agoutirelated- peptide, le système mélanocortine cérébral, dont le rôle dans la régulation du bilan d’énergie apparaît incontestable. La stimulation de ce système produit des effets cataboliques (diminution des réserves énergétiques) en inhibant la prise alimentaire et stimulant la thermogenèse. Les neurones du réseau autonome de régulation du bilan d’énergie sont en mesure de détecter les variations des réserves énergétiques. La détection de ces variations est inhérente aux changements circulants d’hormones ou de nutriments et au processus d’homéostasie énergétique. Les principales hormones homéostatiques sont la leptine et la ghréline dont les effets centraux sont respectivement cataboliques et anaboliques (augmentation des réserves énergétiques). La leptine et la ghréline ont aussi des actions extra-hypothalamiques, précisément sur réseau appétitif cortico-limbique. Ces hormones modulent l’activité du système mélanocortine directement. Elles peuvent agir aussi via des cellules intermédiaires tels les neurones exprimant l’acyl-CoA binding domain-containing 7, dont le rôle dans la régulation du bilan d’énergie vient d’être proposé. Enfin, la leptine et la ghréline exerce leurs effets via des systèmes de signalisation complexes, incluant les complexes protéiques mTOR (mechanistic target of rapamycin), lesquels incluent deptor, protéine exprimée dans l’hypothalamus médiobasal et dont la surexpression prévient l’obésité. En conclusion, l’étude de la régulation du bilan d’énergie a fait des progrès immenses au cours des dernières années mais demeure incomplète et nécessaire à la compréhension de la physiopathologie de l’obésité.